C1- Juventus 2 – Tottenham 2 : Des Spurs au dessus du lot….

 Malgré un break de retard après moins de dix minutes de jeu, Tottenham a fait le dos rond avant de dominer la Juventus Turin et d’accrocher un nul 2-2 largement mérité.

 

Footmercato- La Ligue des Champions est de retour avec les premiers 8es de finale ce soir. Vainqueur de sa poule devant le Real Madrid, Tottenham se déplaçait en Italie pour y défier un historique de la compétition, la Juventus Turin.

Sur le papier, cette affiche ressemblait un peu à un vieux baron qui devait batailler pour conserver sa place face au jeune loup. Finalistes malheureux la saison passée, les expérimentés Bianconeri se présentaient en 4-3-3 sans Dybala ni Matuidi toujours blessés.

Bernardeschi démarrait la rencontre dans le trio du milieu derrière un trident offensif composé de Douglas Costa, Mandzukic et Higuain. Pour tenter de les contrer, Pochettino leur réservait également un 4-3-3 assez défensif puisque les seuls Alli et Lamela, préféré à Son, soutenaient Kane.

Aurier était titulaire dans le couloir droit de la défense mais pas Lucas ni Sissoko. A ce stade de la compétition, le moindre détail compte. Et à ce petit jeu, la Vieille Dame sait y faire à merveille.

Premier coup-franc pour la Juventus, Higuain est laissé seul aux abords de la surface et envoie une reprise de volée en pivot imparable pour Lloris (1-0, 2e). Les Italiens ne laissaient pas souffler les Spurs en ce début de rencontre. Pris à la gorge, ils asphyxiaient même.

Davies séchait Bernadeschi dans la surface et concédait un penalty. Higuain ne tremblait pas malgré le plongeon de Lloris du bon côté (2-0, 9e). On arrivait à la demi-heure de jeu et sans paniquer, Tottenham sortait enfin la tête de l’eau en parvenant à déjouer le pressing adverse.

Les occasions ne tardaient pas non plus. Sur un ballon parfait déposé par Eriksen, Kane échouait de la tête sur un Buffon à bout portant (26e). C’est ensuite Alli qui s’infiltrait dans la surface, il fallait un tacle incroyable de De Sciglio pour sauver la Juve. Le contre s’amorçait entre Higuain et Pjanic.

L’Argentin crochetait Vertonghen mais frappait à côté (30e). L’excellente opération des Spurs Un premier tournant dans cette rencontre. Il y en aura d’autres mais la domination avait clairement changé de camp. Buffon contrariait à nouveau Kane (32e) mais l’Anglais finira par l’emporter.

Lancé dans le dos de la défense par Alli, il dribblait le portier italien et marquait dans le but vide (2-1, 35e). Buffon intervenait à nouveau sur une lourde frappe d’Eriksen (40e). Juste avant la pause, Douglas Costa mystifiait tout le monde d’une accélération et voyait Aurier le stopper irrégulièrement dans la surface.

Deuxième penalty pour Higuain qui cette fois-ci choisissait la frappe en force... sur la barre d’un Lloris qui n’avait pas bougé (45e+2). Les Anglais ont eu chaud. Le début de seconde période offrait une période de transition. Les deux formations accumulaient du déchet technique ce qui faisait plutôt le jeu de la Juventus. C’est d’ailleurs elle qui se procurait la première situation.

Bernadeschi prenait le dessus sur Davies mais sa frappe était miraculeusement détournée par Lloris (57e). C’est à ce moment-là que les Spurs se décidaient à se réveiller. Ils reprenaient le contrôle du cuir face à une formation qui reculait pour mieux contrer.

Mais des ballons de but, il n’y en aura quasiment plus pour les Bianconeri. Le danger se faisait pressentir sur la cage de Buffon. Ce dernier avait du mal à capter un tir à rebond de Kane (70e) et n’était pas irréprochable sur l’action suivante. Dele Alli obtenait un excellent coup-franc devant la surface. Eriksen frappait côté ouvert ce qui trompait Buffon (2-2, 72e).

L’expérience de la Vieille Dame se transformait en frilosité. Elle n’arrivait plus à sortir les ballons à part sur quelques transversales sur Higuain. Sans se lancer à l’abordage, conscients de l’excellent résultat, les Spurs faisaient circuler le ballon jusqu’à la fin de la rencontre. Menés d’un break, les Anglais ramènent un superbe nul 2-2 du Juventus Stadium et peuvent ambitionner bien plus en vue du retour après leur prestation du soir.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.

L’homme du match : Eriksen (8) : quelle rencontre de la part du Danois. Placé derrière Kane, il n’a pas cessé de dézoner pour mettre le foutoir au milieu du terrain. Toujours présent dans les 30 derniers mètres avec notamment une lourde frappe (40e), il a alimenté son attaquant en ballons de buts comme pour cette tête à bout portant (26e). Encore très présent dans le jeu en seconde période, il a marqué le but égalisateur d’un coup-franc malicieux (72e). Remplacé par Wanyama (90e+2).

Juventus : Buffon (4,5) : pour sa 114ème apparition dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, le portier transalpin de 40 ans s’est montré solide, avec plusieurs parades à mettre à son actif. Comme pressenti, il a eu un gros duel à négocier face à Kane. Il est l’auteur d’un arrêt incroyable sur une tête de Kane à bout portant (26e). Le portier vétéran s’impose une fois de plus devant l’attaquant anglais (32e), avant de se faire dribbler par ce dernier (35e). Moins sollicité en deuxième période, Gigi Buffon est coupable d’un placement approximatif sur le coup franc d’Eriksen (72e). De Sciglio (6) : contrairement à son pendant à gauche, l’international italien s’est contenté de défendre, et il a parfaitement su le faire. Tantôt confronté à Lamela, tantôt à Alli, le joueur formé à l’AC Milan a su répondre présent en remportant de nombreux duels. Il a été l’auteur d’un superbe sauvetage devant Dele Alli (30e). Benatia (5) : en l’absence de Barzagli, il a formé la charnière centrale avec Chiellini. L’international marocain s’est montré plutôt solide, avec quelques interventions décisives, notamment une en première mi-temps alors que Kane filait droit au but (19e). Il est averti à la 45e pour un excès d’engagement. Comme son compère en défense, il a été mis en difficulté face à la montée en puissance d’Eriksen.

Chiellini (4,5) : leader d’une défense très regroupée, la tour de contrôle italienne a vécu un match compliqué. Peu d’interventions tranchantes à mettre à son actif. Il est l’auteur de la perte de balle sur le premier but des Spurs signé Harry Kane, qui lui en a fait voir de toutes les couleurs par ses déplacements et appels incessants.

Alex Sandro (5,5) : monstrueux physiquement, le latéral gauche des Bianconeri a livré une partition très propre que ce soit défensivement ou offensivement. Il n’a pas été avare dans ses efforts en couvrant son couloir gauche en long, en large et en travers. Erik Lamela n’a presque jamais pris le latéral Brésilien à défaut. Sa deuxième période est plus compliquée, avec plusieurs fautes concédées.

Pjanic (5,5) : il a démarré son match de la meilleure des manières. Dans un exercice où le Bosnien excelle, il a parfaitement su prendre la défense des Spurs à défaut avec un coup franc habilement tiré, dont Higuain a magnifiquement su tirer profit. Face à une possession largement en faveur des Londoniens, l’ancien Lyonnais n’a pas souvent eu l’occasion de mettre ses qualités en avant.

Khedira (4) : match extrêmement compliqué de la part de l’international allemand. Positionné dans un rôle de récupérateur, il a failli à sa tâche dans les grandes largeurs. Preuve que son match a été décevant, il a été remplacé à la 67ème minute par Rodrigo Betancur. Plus dans un profil de relayeur, le milieu uruguayen a tenté tant bien que mal de récupérer le cuir, en vain. Auteur d’un tacle dangereux qui lui a valu un avertissement à la 80e.

Bernardeschi (5,5) : l’un des hommes les plus dangereux du côté des Bianconeri. Il a provoqué le premier penalty des siens en se faisant faucher par Davies (8e). En deuxième période, l’ailier italien a été l’un des seuls joueurs de la Juventus à se montrer dangereux, comme en témoignent ses deux frappes du pied gauche (57e, 76e) qui ont trouvé les gants d’Hugo Lloris.

Douglas Costa (5,5) : match frustrant pour le dribbleur fou de la Vieille Dame. Face à la domination des Spurs, il n’a eu que trop peu de ballon à négocier en phase offensive pour faire parler sa vitesse. Il a provoqué le penalty juste avant la mi-temps après avoir fait tourner en bourrique Serge Aurier. En deuxième mi-temps, il a passé le plus clair de son temps à courir derrière la balle dans l’espoir de récupérer le cuir, malgré quelques percées balle au pied dont lui seul a le secret. Remplacé à la 90+2 par Asamoah.

Mandzukic (5) : comme à son habitude, l’international croate a été très généreux dans les efforts défensifs en venant en aide à son coéquipier Alex Sandro sur le flanc gauche. Sur les phases défensives, il s’est littéralement transformé en latéral gauche. Un rôle ingrat qu’il a parfaitement su remplir. La seule occasion à mettre à son actif a été une tête sur corner, bien captée par Lloris (57e). Visibelement diminué physiquement, il est remplacé à la 76e par Sturaro, qui s’est contenté de courir derrière la balle.

Higuain (7) : si par le passé il a été critiqué pour son absence lors des grands rendez-vous, le buteur argentin a prouvé que cette époque est révolue. Il ne lui a fallu que 78 secondes pour mettre les siens sur la bonne voie, avec une reprise en pivot instantané qui n’a laissé aucune chance à Lloris (2e). Le meilleur buteur des Bianconeri cette saison a pris ses responsabilités en se chargeant d’inscrire le penalty (8e) du break. Sur le peu de ballons qu’il a eu à négocier, l’attaquant de 30 ans a fait preuve d’un réalisme froid. Pipita pourra toutefois nourrir des regrets en repensant à son penalty qui a fracassé la barre transversale juste avant la mi-temps. Averti à la 59e minute pour protestation.

Tottenham : Lloris (6,5) : une soirée d’abord frustrante pour le capitaine des Spurs et de l’équipe de France puis magnifique. Il commence sa rencontre par encaisser deux buts d’Higuain, une reprise de volée (2e) et un penalty (9e) sur lesquels il ne peut que toucher le ballon. Sur le second penalty de l’Argentin, il n’a pas bougé, voyant le ballon s’écraser sur la barre (45e+2). Quelques interventions dans les airs qui ont fait du bien (51e) et surtout il réalise un arrêt déterminant devant Bernadeschi (57e).

Aurier (3,5) : un match très compliqué. L’ancien Parisien a eu du mal à sortir du pressing turinois mais une fois l’étau desserré, il a pu aller chercher son couloir. Il a offert de la largeur au jeu des Spurs mais a généralement raté ses centres (37e, 67e). Il commet également une faute idiote dans sa surface, offrant un penalty à Higain (45e+1). Averti juste après le retour des vestiaires (47e), il sera suspendu pour le retour et a continué à montrer ses difficultés entre un marquage trop laxiste sur Mandzukic (57e) et des erreurs techniques.

Sanchez (6,5) : pas vraiment mis en danger durant la première période, il n’est pas engagé sur les deux buts rapides de la Juventus. L’ancien de l’Ajax a tout de même été pris à défaut sur le contre mené par le duo Pjanic-Higuain (30e). Ça sera quasiment la seule fois. Le Colombien n’a pas hésité à aller chercher l’attaquant argentin entre les lignes même si ce dernier a été malin. Régulièrement bien placé, il a dégagé son camp à plusieurs reprises. Une mauvaise relance dans l’axe du terrain qui aurait pu coûter cher (53e).

Vertonghen (6) : le Belge a affiché moins d’autorité que son compère de l’axe central mais plus d’assurance dans les relances. Auteur de quelques renversements de jeu très propres (39e, 55e), il a apporté des solutions à ses coéquipiers. Il a davantage souffert dans le duel face à Higuain. Deux mésententes avec Sanchez ont failli lui être préjudiciables (53e, 59e) mais il se rattrape bien en sortant ce centre dangereux de Douglas Costa (86e).

Davies (4) : une soirée un peu calvaire. Le Gallois de 24 ans a eu tellement de mal à contrôler son couloir gauche face à Douglas Costa et Bernardeschi. Il concède d’ailleurs un penalty sur l’ancien de la Fiorentina et écope d’un avertissement à cette occasion (8e). Il est à nouveau en retard sur son adversaire direct lorsque celui-ci a fait briller Lloris (57e). L’ex-joueur de Swansea a fait un peu parler sa qualité technique sur de rares centres (25e, 33e).

Dier (5,5) : aligné devant la défense, l’international anglais a été plutôt discret durant cette rencontre. On ne l’a pas beaucoup vu avec le ballon, il faut dire que ce n’est pas son rôle non plus mais il a joué dans les espaces libres lorsque son équipe a eu le ballon. Avec la mobilité de Dembélé, il a eu du mal à trouver sa place mais a tout de même gratté pas mal de ballons dans l’entrejeu, dominant régulièrement le tandem Pjanic-Khedira.

Dembele (7,5) : lui pour le coup aura été prépondérant pour les Spurs. Il s’est régulièrement glissé entre les lignes et a eu largement l’occasion d’offrir des supers ballons à ses coéquipiers comme pour Alli qui a obtenu le coup-franc décisif (71e). Maitre du tempo, il a mené la vie dure à ses vis-à-vis, faisant parler sa qualité technique. En parfait lieutenant d’Eriksen, le Belge aura été un poison permanent pour la Juventus.

Eriksen (8) : 

Alli (6,5) : sa responsabilité est engagée sur le premier but d’Higuain car c’est lui qui semble être au marquage sur l’Argentin (2e). Une idée très curieuse par ailleurs. Invisible sur la pelouse pendant les 20 premières minutes, l’amateur de vidéo privée a fini par arrêter de se cacher. Repris in extremis par De Sceglio (30e), il a su mettre le feu dans la défense. Un excellent ballon sur le but de Kane (35e), une faute récoltée juste devant la surface (71e). Décisif et remplacé par Son (83e).

Lamela (5) : titulaire surprise à la place de Son, l’Argentin aura été le membre offensif le plus timide du trio offensif de Tottenham. Il a eu du mal à s’exprimer face à une défense regroupée, cherchant souvent le un contre un plutôt que la solution collective. Il ne s’est pas montré assez efficace dans la zone de vérité. L’attaquant est tout de même monté un peu en puissance en seconde période mais ça n’a pas suffi. Remplacé par Lucas (88e) qui disputait ses premières minutes avec son nouveau club.

Kane (7) : qu’il fait du bien à son équipe. Il a offert des espaces, su faire remonter son bloc dos au but, pris des courses pour faire reculer la défense, il a tout fait. D’abord mis en échec par Buffon d’une tête à bout portant (26e), puis d’une frappe croisée (32e), il a fini par avoir raison du vétéran sur une superbe passe d’Alli (35e). En seconde période, il a été moins en vue mais a tout de même continué à inquiéter Buffon d’une frappe vicieuse (70e).

Pari sportif : comment jouer ?

  1. Version Française
  2. Version Wolof

Chroniques Vidéos

  1. Birahim Ndiaye
  2. Laye Diaw

Newsletter

Vidéo de la semaine