NBA : San Antonio a la gueule de bois

Pour le match de Noël, San Antonio s'est lourdement incliné à domicile face à Houston (98-111). Miami n'a pas fait de cadeau aux Lakers (101-95)


San Antonio - Houston : 111-98

On regrette presque que Gregg Popovich n’ait pas été interviewé à la fin du premier quart-temps entre les Spurs et les Rockets mercredi… Le coach texan devait être en train de bouillir intérieurement, après la perf défensive catastrophique de son équipe, qui a encaissé un 40-25 dans les 12 premières minutes. Un éclat que Tony Parker, pas dans son assiette (6 pts, 4 pds à 3/11), et ses coéquipiers ont traîné comme un fardeau jusqu’à la fin du match. Car c’est bien Houston qui est reparti vainqueur de l’AT&T Center après ce derby programmé pour Noël. "Cette prestation était vraiment embarrassante. Pendant une partie non négligeable du match, on a joué sans le moindre impact physique et sans discipline. Certains joueurs qui auraient dû être meilleurs d’entrée de jeu n’ont pas vraiment fait ce qu’on attendait d’eux", a regretté Popovich.

Face aux 22 pts de Manu Ginobili, pas trop gêné par le réveillon, les Rockets se sont appuyés sur leur doublette de All-Stars. Intraitable dans la raquette (15 pts, 20 rbds), Dwight Howard a fait souffrir Tim Duncan et Tiago Splitter pour confirmer sa très belle forme du moment. L’ancien pivot du Magic, qui a formé un tandem impeccable avec Terrence Jones (21 pts, 14 rbds, 3 ctres) a ensuite passé le flambeau à James Harden, absent lors du dernier match. Le barbu en chef s’est montré d’une rare efficacité offensive (28 pts, 6 pds et 6 rbds à 11/16) et a posé des problèmes insolubles aux Spurs. Au tiers de la saison, San Antonio pointe au 3e rang derrière Portland et OKC, pendant que les Rockets restent dans le coup en 5e position.
Los Angeles Lakers - Miami Heat : 95-101

Miami était favori devant des Lakers battus lors de leurs deux derniers matches et affaiblis par des blessures, à commencer par celle de leur superstar Kobe Bryant (fracture du plateau tibial latéral au genou gauche). Wade et Chris Bosh ont assuré avec 23 points chacun, 7 passes et 6 rebonds pour Wade, 11 rebonds pour Bosh. Et si les 19 points de Lebron James peuvent sembler modestes après les 38 qu'il avait marqués lundi lors de la victoire sur Atlanta (121-110 a.p.), il les a agrémentés de deux spectaculaires dunks en alley-oop, servis par Wade. Les deux équipes étaient à égalité sur un score de 83-83 à 8,25 minutes de la fin. Mais le champion a finalement marqué son territoire avec un retentissant 9-0.

Brooklyn - Chicago Bulls : 78-95

Les Nets ont visiblement très mal digéré les festivités de la veille. A domicile pour l’opener de cette journée de Noël, les New Yorkais ont été balayés par les Bulls après avoir livré une prestation assez catastrophique. Après une première mi-temps équilibrée en termes de médiocrité, les joueurs de Tom Thibodeau sont revenus avec de meilleures intentions et ont laissé le monopole de la nullité à leurs hôtes. Il n’y a guère que Mirza Teletovic (17 pts) qui s’est un peu fait mal pour tenter d’éviter la déroute, mais l’absence totale d’esprit défensif et d’énergie chez les hommes de Jason Kidd a été assez désespérante. Presque surpris d’avoir la tâche aussi facile en l’absence de Luol Deng, les Bulls se sont appuyés sur un bon Joakim Noah (10 pts, 8 rbds et 3 pds) et sur un Taj Gibson assez tranchant (20 pts, 8 rbds) en sortie de banc pour passer un 25 décembre très serein à Big Apple. Pour l’anecdote, les "Fire Kidd" se sont fait plus nombreux que d’habitude dans les derniers instants de la partie.
New York - Oklahoma City : 94-123

Il ne faisait pas bon être une équipe new yorkaise en ce 25 décembre. Peu après la déroute des Nets face aux Bulls, les Knicks ont eux aussi pris une leçon à domicile. Sans surprise aucune, puisque Carmelo Anthony avait déclaré forfait et que la différence de niveau entre les deux équipes est criante, les joueurs de Mike Woodson ont pris très cher contre OKC. En une petite demi-heure de jeu, Kevin Durant a eu le temps de placer 29 pts, 7 rbds et 6 pds, pour accompagner son comparse Russell Westbrook, auteur d’un triple-double (14 pts, 13 rbds et 10 pds) en 29 minutes… Les Knicks ont fait avec leurs moyens du moment et ce n’était pas forcément joli à voir. En dehors d’Amar’e Stoudemire (22 pts à 10/16) et de l’énergique rookie Tim Hardaway Jr (21 pts), aucun New Yorkais n’a été épargné par le public du Madison Square Garden, furax après cette nouvelle défaite humiliante à la maison.

Golden State - Los Angeles Clippers : 105-103

C’est décidément de plus en plus tendu entre les Warriors et les Clippers. L’esprit de Noël n’était pas franchement là, mercredi soir, sur le parquet de l’Oracle Arena. Dans cette partie, remportée au forceps par Golden State grâce à un contre décisif (mais sur lequel les arbitres auraient pu siffler faute) de Klay Thompson sur Chris Paul, les incidents se sont multipliés : Draymond Green a d’abord été prié de quitter le terrain pour un coup de coude assez anodin sur Blake Griffin, puis Griffin lui-même s’est pris une seconde technique pour un gros accrochage avec Andrew Bogut, avant que ce même Bogut ne provoque un regroupement inutile après le coup de sifflet final sur une prise de bec avec CP3 et Matt Barnes. Bonus de cette fin de match tendue : l’intervention magnanime du "White Mamba" Brian Scalabrine, aujourd’hui assistant chez les Warriors.

Sur le plan du basket (car oui il y a eu quelques paniers entre deux embrouilles), les hommes de Mark Jackson peuvent être plutôt heureux d’être sortis victorieux de ce match. Les Warriors ont shooté à 42% avec des parties compliquées pour Steph Curry (5/17) et Harrison Barnes (3/13), mais une belle prise de responsabilités de Klay Thompson (23 pts à 10/22) et de l’impeccable David Lee (23 pts, 13 rbds). L’agressivité et la roublardise de Bogut (10 pts, 14 rbds dont 6 offensifs) ont évidemment été aussi déterminantes pour faire sortir Blake Griffin (20 pts, 14 rbds, 5 pds), excellent jusque-là, de son match. Malgré tout ce bazar, on ne serait pas contre un petit affrontement entre les deux franchises en post-saison…

Source: eurosport

 

 

 

Pari sportif : comment jouer ?

  1. Version Française
  2. Version Wolof