Judo- 9e sacre mondial de Teddy Riner, un record…

 Teddy Riner est devenu champion du monde de judo dans la catégorie reine (+100kg) pour la neuvième fois de sa carrière ce samedi, à Budapest. 

 

Un monument du sport français ! Deux titres olympiques, neuf titres de champion du monde, cinq titres européens et 134 combats d’affilés sans défaite depuis 2010. Teddy Riner est le poids lourd le plus titré de l’histoire. Une légende de son sport. Une légende tout court. Pour arriver à ses fins, le nouveau membre du Paris Saint-Germain Judo se sera défait de l'Egyptien Maisara El Nagar, du Mongol Duurenbayar Ulziibayar (champion du monde juniors 2014), de l'Equatorien Freddy Figuero et du Géorgien Guram Tushishvili (champion d’Europe en titre), contre qui il aura livré son combat le plus disputé. En finale, le Français aura attendu le golden score face au Brésilien David Moura pour consolider sa place sur le toit du monde. 

De sa Guadeloupe natale…

Digne héritier de David Douillet, Teddy Riner est devenu la tête d’affiche du judo français depuis maintenant une décennie. Né le 7 avril 1989, le Guadeloupéen découvre la discipline du judo à l’âge de cinq ans et va rapidement gravir les échelons un à un. Il se révèle au grand jour dès 2006 à seulement 17 ans, par un titre européen et mondial chez les juniors. L’année suivante, il devient à Rio le plus jeune champion du monde de l’histoire du judo, dans la catégorie reine. A 18 ans seulement, l’enfant précoce de l’Insep est déjà devenu roi. Mais Teddy Riner n’est pas né Teddy Riner. Il l’est devenu à force de travail. Des jours d’entraînement en solitaire, des gestes répétés des centaines de fois avec une intensité rare. Tant d’efforts à en perdre la raison, mais n’est-ce pas ainsi qu’on atteint l’ivresse des sommets ?

La suite de l’histoire n’en sera que plus belle. Il remportera huit autres titres mondiaux : à Levallois en 2008, Rotterdam en 2009, Tokyo en 2010, Paris en 2011, Rio en 2013, Tcheliabinsk en 2014, Astana en 2015 et donc Budapest, en 2017. Teddy Riner n’a enregistré durant sa carrière que deux défaites sur un tatami : au 3e tour de la compétition lourds des Jeux olympiques de Pékin, en 2008, face à l’Ouzbek Abdullo Tangriev (principal échec de sa carrière), et le 13 septembre 2010 pour le titre «toutes catégories» des Mondiaux de Tokyo face au Japonais Daiki Kamikawa. Depuis ? Une série de 134 victoires consécutives qui ne cesse d’affoler les compteurs et qui est partie pour durer dans un sport où la concurrence peine à voir le jour face au colosse guadeloupéen.

… Au Panthéon du sport Français

En s’emparant de son neuvième titre mondial ce samedi à Budapest, Teddy Riner s’installe un peu plus à la table des Dieux du judo. Jamais avant lui un judoka n’était parvenu à s’octroyer autant de titres. Rappelons qu’il n’aura fallu que huit ans au Guadeloupéen pour enfiler comme des perles toutes ces médailles d’or. Plus haut, plus fort, plus loin, aucun homme ne semble en mesure de barrer la route aux records du géant tricolore. Peu de sportifs, toutes disciplines confondues, peuvent d’ailleurs se targuer d’une telle domination. Il rejoint, si ce n’était déjà fait, le cercle très fermé des Usain Bolt (dix fois champion du monde, neuf titres olympiques en athlétisme), Michael Phelps (26 fois champion du monde, 18 titres olympiques en natation), Roger Federer (19 tournois du Grand Chelem) et Sébastien Loeb (nonuple champion du monde de rallye) qui ont, comme lui, martyrisé la concurrence dans leur discipline respective.

Fort de ce record, le Français peut désormais s’attaquer sereinement au dernier verrou qui lui résiste : les trois titres olympiques du Japonais Tadaihiro Nomura, dans la catégorie des super-légers (1996, 2000 et 2004). Une performance faisant office de rêve inatteignable hier, mais qui pourrait bien se réaliser d’ici peu tant Riner nous a habitué à l’impossible. Après ses succès à Londres en 2012 et Rio en 2016, où il était porte-drapeau de la délégation française, le "Boeuf", comme le surnomment ses partenaires, tentera de conserver son emprise sur la catégorie reine et neutraliser l’agressivité des jeunes lourds, qui rêvent tous d’accrocher sa tête à leur tableau de chasse. Tripler la mise à Tokyo en 2020, dans le berceau du judo, viendrait ajouter un beau chapitre à l’histoire qu’écrit Teddy Riner. Il dépasserait également le maître David Douillet qui comme lui, fut médaillé de bronze et double champion olympique. Mieux encore, il deviendrait également le premier sportif français à décrocher trois titres olympiques consécutifs, rentrant encore un peu plus au Panthéon du sport français.

 

Pari sportif : comment jouer ?

  1. Version Française
  2. Version Wolof