Lansar, un cratère de muscles et de savoir faire

Dans une forme de cratère, l'épaisseur du sable ne gêne pas les foulées, les rotations et autres prises techniques des lutteurs de l'Ecurie de Thiaroye Lansar qui suent sang et eau sous la houlette de max Mbargane. Le reportage fait sur eux après la victoire de Ness sur Papa Sow mardi dernier montre l'énorme travail accompli par cette structure, meilleure Ecurie en 2009 sur une centaine d'Ecuries et d'Ecoles de Lutte.

«Yuza, yuza, yuza, yuza...». Non, ce n'est pas un cri de guerre mais, la nouvelle danse qui fait fureur dans les boites de nuit et chez les...lutteurs. Des trémoussements dignes d'un Papa Ndiaye «Thiou» ou «Thiopet» ont été l'accueil servi pour votre serviteur par les pensionnaires de l'Ecurie Lansar. Le chef d'orchestre n'était autre que Super Etoile, pourtant réputé spécialiste des Ko dont plusieurs à son actif. La récréation terminée, la centaine de lutteurs concentrée sur un rayon se donne à coeur joie. Des contacts en à plus finir jusqu'à épuisement. «Je n'en peux plus, depuis deux heures, je n'ai pas arrêté de faire des contacts», s'époumone Papa Kane III qui fait banalement 100 kg à 22 ans. Mais, pour les «entre chats», il fallait céder la place au magicien Tidiane Faye aux prises diaboliques. Avec un volume plus conséquent, l'un des plus techniques de l'arène prépare son combat face à Pape Mor Lô: «Je lutte mieux que lui car la différence se fait au niveau des clès et je suis le meilleur. Il n’avait cessé de me réclamer, le voilà servi», dit-il sans sourciller. Feugeuleu, aussi concerné en ce mois de juillet (ndlr : combat contre Ama Baldé le 15 prochain) alternait entre contacts et boxe. Malgré le nombre pléthorique, l'entraîneur Max Mbargane veillait sur les erreurs techniques des uns et des autres: «Sois plus rigoureux dans tes prises car pour faire le hancher, il faut être très rapide sur le coup de reins», explique-t-il à un de ses poulains. Outre les plus connus, se cachent à Lansar d'excellents lutteurs comme Matar Guèye (Thiès) et la star montante de l'arène, malgré son jeune âge. Il s'agit de Sita, mis au repos,  qui draine des milliers de supporters à chacune de ses sorties et de voix fluette, il assène: «C'est Dieu! Je n'y suis pour rien. Regardez moi, je ne suis pas costaud mais, c'est l'affection de mes supporters, de mes partenaires et surtout de Max Mbargane qui me poussent à me surpasser», dit-il, un bonnet Cabral sur la tête. Mais, malgré toutes les inquiétudes du coach max, la saison débute comme elle avait commencé l'année dernière. Des victoires et des combats pour ses poulains. Avec la victoire de Ness sur Papa Sow dimanche dernier, l’on ne s’attend à rien d’autre qu’aux victoires respectives de Feugeuleu sur Ama Baldé (15 juillet) et de Tidiane Faye sur Pape Mor Lô (24 juillet).

Pari sportif : comment jouer ?

  1. Version Française
  2. Version Wolof