Lutte- 4e défaite d’affilée : quel avenir pour Zoss ?

  Face à Siteu de Lansar, Saliou Ngom alias Zoss a enregistré la douzième défaite de sa carrière pour 21 combats livrés. Une défaite qui pourrait être de trop.

 

C’est vers les années 2016 avec le Claf organisé par Gaston Mbengue que le phénomène Zoss a fait son apparition dans l’arène sénégalaise. Alliant slogan « Door Dorat » et  fougue de jeunesse, Zoss a réussi à s’imposer dans l’arène. 

Il réussit à se bâtir au fur et à mesure, une réputation de lutteur « bandit »  qui sait à chaque fois déjouer les plans de son adversaire. Qui qu’il soit.

Mais, après dix ans de règne, le lutteur Fassois a commencé à « s’épuiser ». La montée en puissance des jeunes loups aux dents longues lui impose de changer de cap.

Son gabarit qui ne lui permet  pas de figurer dans le lot des ténors  encore moins de rester éternel espoir, le fait stagner à mi chemin. Mieux pour s’assurer une existence dans une arène où, de plus en plus décrocher un combat reste difficile, Zoss trouve sa solution.

Il opte pour la perche tendue aux jeunes espoirs qui  dans un autre temps auraient croisé son frère Garga Mbossé. Cela avec tous les risques supposés.

Le lutteur des Parcelles Assainies et beau fils du promoteur Luc Nicolaï en prendra pour son grade.  Sa participation au Tournoi de la TNT en 2016 où il s’est retrouvé  avec  trois  défaites,  en autant de combats face à Tapha Tine, Ama Baldé et Gouye Gui…sera même assez révélatrice de sa descente aux enfers.

Pour certains observateurs avertis de l’arène après cette 4e défaite d’affilée  « vu son âge, Zoss ne privilégie plus le challenge sportif. Il va lutter pour chercher  de l’argent. Gagner des cachets de plus , mais ne plus dépenser son argent dans le mystique…. »

En effet, ce 4 avril 2017 il a été totalement absent dans un combat qu’il ne devait jamais perdre,  se permettant même de  ne mettre aucun talisman, aucune amulette…en quelque sorte rétrograder ces aspects importants de la lutte que sont la préparation physique et mystique  si on veut gagner.

Autant simplement dire,  que  la carrière de Zoss est en  dents de scie et que pour « rester en vie » dans cette arène, il lui faut à 30 ans révolus,  changer de cap (à son âge ?) et rester dans  la logique de l’arène. Tant qu’on y est encore.

Douze(12) défaites pour  neufs (9)  victoires en 10 ans de carrière c’est déjà trop.  Zoss qui avant ce combat soutenait : «  Une défaite pourrait sonner la fin de ma carrière. Il est impensable que je perde ce combat »  

Pari sportif : comment jouer ?

  1. Version Française
  2. Version Wolof

Chroniques Vidéos

  1. Birahim Ndiaye
  2. Laye Diaw

Newsletter