Lutte- dégâts- Le stade Léopold Senghor sous la menace de fermeture aux lutteurs…

 La troisième mi temps du combat entre Balla Gaye II déclaré vainqueur et Gris Bordeaux qui conteste encore, pourrait ne pas plaire aux acteurs de cette discipline : les autorités menacent de fermer le stade à la lutte, après les dégâts causés à la fin de cette affiche du 31 mars dernier

 

 Un combat  entre le Lion de Guédiawaye et le 3e Tigre de Fass qui a causé beaucoup de dégâts dans l’infrastructure sportive la plus géante du Sénégal.

Des barrières cassées, une partie des gradins et de la pelouse endommagés…entre autres, tels sont les constats par huissier effectués par les responsables de la dite structure qui en ont informés le CNG qui a requis sa tutelle, le ministère des sports.

Ce qui n’a pas plus au patron du département des Sports Matar Bâ qui fervent défenseur de la lutte à qui, il a décerné une autorisation pour s’exprimer dans ce seul stade encore « capable » de recevoir les matches de l’équipe nationale de football.

Ce qui a permis de sauver une saison qui était déjà fortement compromise et menacée, si les grosses affiches qui avaient scellées depuis l’année dernière, n’étaient pas tenues.

Mais si jusque là, le cahier de charges aux différents promoteurs étaient respectés à la lettre ( avant, pendant et après), ce n’est pas le cas pour Luc Nicolai qui, après son combat choc entre Balla Gaye II et Gris Bordeaux aura laissé « des casseroles » sur place.

Aujourd’hui, le ministre des Sports Matar Bâ « n’exige qu’une chose que le promoteur répare tout ce qui était gâté lors de ce combat. Sinon, il sera contraint de le faire et mieux plus aucun ne sera tenu dont celui à venir dans quelques semaines ( NDLR : le 29 avril entre Siteu et Gouy Gui).

Ce qui serait dommageable pour cette discipline qui, en attendant l’ouverture de l’arène nationale ( en juillet 2018 ?), est restée un vrai SDF depuis l’indépendance. Affaire à suivre.

Pari sportif : comment jouer ?

  1. Version Française
  2. Version Wolof

Chroniques Vidéos

  1. Birahim Ndiaye
  2. Laye Diaw

Newsletter