Ferdinand Gomis, le lutteur devenu footballeur international

Du «nguimb» au «rignaane, weuyeulé, tékhoum bir» et autres techniques de projection en lutte, Ferdinand Gomis est passé dans l’autre camp….Celui des footballeurs.


Passé au statut d’international local, le colosse de la CSS était dans un passé récent sollicité par plusieurs clubs dont un des Etats-Unis, le New England Revolution.

Il ne manque pas de lutteurs qui ont tâté du ballon de football durant leur jeunesse, plusieurs l’ont fait comme Yékini, Balla Diouf, Moustapha Guèye 3, entre-autres. Mais, celui-là a carrément fait le chemin inverse et craqué pour le football jusqu’à devenir professionnel et international avec la sélection locale.

En effet, Ferdinand Gomis de la Compagnie Sucrière Sénégalaise (CSS) était un membre à part entière de l’Ecurie Boul Falé, même s’il n’a jamais disputé le moindre combat.

A le voir, avec son physique déménageur (+100 kg), on peut le comparer à un lutteur sans risque de se tromper. «C’est vrai que je m’entraînais à Boul Falé et je faisais souvent des contacts avec Eumeu Sène qui était un véritable sparring Partner. Je l’ai souvent aidé à préparer ses combats. J’aurais bien pu faire carrière dans la lutte car j’étais assez technique mais, j’aime le football et il est plus facile d’y réussir que la lutte», avait-il révélé. Mais, tout n’a pas été rose pour «Gniak tiakhane» surnom donné par ses amis.


Parcours du combattant

Ferdinand Gomis a joué tour à tour à Gorée et Port mais, sans grande réussite. «J’ai passé des moments très difficiles et je peux dire que lors de mon passage entre ces deux clubs, j’ai surtout bénéficié de la confiance de Malick Daf au Port. Même si je ne jouais pas régulièrement, il m’a aidé énormément car il prenait la peine de m’écouter d'autant que  je passais une étape difficile de ma vie (Ndlr : il est converti à l’Islam depuis 2005 mais, ne veut pas qu’on entre dans les détails par égard….). Il fait partie de ceux qui m’ont marqué dans la vie et je tenais à le dire», confesse le natif de Pikine.

Après un bref passage à l’AS Pikine sous Tassirou Diallo où le coach ne comptait pas sur lui, Ferdinand s’exilait à Richard Toll. Mais, avant le début de la saison, le désormais ex-technicien Alphousseyni Badji lui fait comprendre qu’il n’est pas dans ses plans. Loin de se décourager, il rentre à Dakar rencontrer le président du club, Louis Lamotte qui a confessé : «Il est venu me voir dans mon bureau pour me dire qu’il n’a besoin que de s’entraîner, d’avoir où  loger et de quoi manger, d’autant que le coach ne lui fait pas confiance. C’est de cette manière qu’il est retourné à la CSS et à force de travail, d’abnégation, il convainc le coach qui l’aligne dès la 2ème journée du championnat. Et maintenant, il n’a pas attrapé la grosse tête et il est international et promis à une belle carrière», a-t-il dit.


Avenir prometteur

Faisant partie des meilleurs défenseurs de la Ligue 1 avec la CSS, Ferdinand Gomis a étrenné une quinzaine de sélections en équipe nationale locale sous la houlette de Joseph Koto.  Depuis deux saisons, les sollicitations des différents clubs étrangers ne l’ont pas laissé indifférent. Mais comme il le souligne : « L’heure viendra. Je ne peux me précipiter. Mais, je sais que je suis tout près», lâche-t-il.

Pari sportif : comment jouer ?

  1. Version Française
  2. Version Wolof